100’000 Genevois ont aujourd’hui moins de 20 ans. C’est autant de personnes qui chercheront à se loger au cours des 20 prochaines années.

Mon ambition est de faire en sorte que ces jeunes gens puissent trouver à se loger dans leur canton, si tel est leur souhait. Au cours de la dernière décennie, de plus en plus de jeunes ont dû en effet choisir d’habiter en dehors de Genève. Le marché local, exsangue, ne leur permettait pas de trouver un logement adéquat à un prix raisonnable. Le temps qu’ils consacrent aujourd’hui sur la route ou le rail pour se rendre au travail, c’est du temps qu’ils ne peuvent consacrer ni à leurs enfants, ni à leurs loisirs, ni à la vie sociale en général.

J’aspire à une société au sein de laquelle les individus peuvent s’investir, professionnellement, socialement, sportivement. Le sens d’une société, c’est la capacité de ses membres à vivre ensemble, à tisser des liens. La disponibilité des parents pour entourer leurs enfants. La proximité des grands-parents pour voir leurs petits-enfants. L’existence de tout un réseau de solidarités privées qui font la beauté de la vie en société.

Pour cela, il est indispensable de construire des logements, dans toutes les catégories. Et s’assurer que ces logements aillent véritablement à ceux qui en ont besoin. C’est vrai pour les appartements en propriété par étage, vendus à prix contrôlés par l’Etat, pour lesquels le Conseil d’Etat souhaite garantir qu’ils profitent réellement à la classe moyenne qui a envie d’y vivre, et pas à des fins spéculatives.

C’est vrai aussi pour les loyers libres et les logements d’utilité publique. J’ai notamment mis en place de nouvelles directives, pour les logements construits sur des terrains de l’Etat, ou par des Fondations immobilières de droit public, afin de garantir qu’ils répondent en priorité aux besoins des habitants du canton, et d’assurer qu’une personne obtenant un tel appartement libère effectivement celui qu’elle occupait jusqu’ici.

D’une manière générale, la construction de logements et d’équipements doit se faire en lien direct avec les communes. Jusqu’à ce jour, les communes sont souvent pénalisées fiscalement lorsqu’elles accueillent de nouveaux habitants. Avec le Conseil d’Etat, je prône une nouvelle péréquation, qui accorde la totalité des revenus de l’impôt communal à la commune de résidence. De même, la nouvelle constitution permet au canton de venir en aide financièrement aux communes qui accueillent de grands projets de construction – comme Bernex par exemple. Ce sont des outils que nous devrons utiliser.

En revanche, je me refuse à promettre aujourd’hui que, demain, nous construirons chaque année tel ou tel nombre de logements. Le rôle de l’Etat est de prévoir un potentiel de construction: le plan directeur cantonal 2030 prévoit la possibilité d’en construire 50’000 d’ici 2030. Mais personne ne sait si ce nombre sera nécessaire: la situation économique peut en effet se dégrader, en particulier si nous ne parvenons pas à une solution rapide pour la fiscalité des entreprises. Et je me refuse surtout à faire les promesses que d’autres devront tenir.

Et je rappelle que ce sont encore des acteurs privés, pour l’essentiel, qui construisent (exception faite des fondations immobilières de droit public ou des caisses de pension publiques). Si nous voulons qu’ils le fassent, nous devons nous montrer plus efficaces (accélération des procédures d’autorisation de construire), plus transparents (plus de 100 textes légaux et réglementaires imposent aujourd’hui un carcan très complexe à la construction à Genève), plus à l’écoute aussi des besoins (concertation en amont dans l’élaboration des projets de plans localisés de quartier).

Voici, en quelques lignes, les enjeux principaux concernant la construction pour Genève au cours des prochaines années. S’y ajoute, bien évidemment, l’enjeu vital de la préservation des espaces de verdure, de la zone agricole, des éléments de grand paysage qui font la beauté de notre canton. Vous trouverez évidemment plus de détails dans la ligne chronologique ci-dessous, ou au moyen d’une recherche par mots-clés. Ces ambitions sont reprises également dans la brochure « Envie » publiée par le Conseil d’Etat le 20 février 2013 (téléchargeable ici).

Les commentaires sont fermés.